kechdanse

kechdanse

Le projet

kechdanse 1.jpg

S’ouvrir à toutes les danses

Les univers de la danse contemporaine, de la danse orientale, de la salsa… sont presque étanches entre eux. Les préjugés sont nombreux de part et d’autre…

Kechdanse souhaite établir des passerelles entre ces univers, une synergie entre tous les danseurs, entre tous les amateurs de danse. Pour ce faire, nous négligerons un peu les formes les plus conceptuelles et hermétiques de la danse contemporaine, les formes les plus folklorique des danses traditionnelles et, au contraire, nous concentrer sur ce qui rapproche.

 

 

4 voies à explorer

La danse contemporaine. Le travail de mémoire autour des traditions dansées est nécessaire mais chaque mode d’expression, pour être vivant, doit être ancré dans le présent et se tourner vers l’avenir. Toute danse est contemporaine par nature, à partir du moment où on se l’approprie.

 

La danse orientale. L’âge d’or des cabarets n’est plus ; une chape de plomb morale et pudibonde s’est abattue sur le monde arabe qui n‘est malheureusement plus le pays des mille et une nuits… Et pourtant : Ziya Azazi, Ilhan Karabacak, Tochdi Belgasmi… démontrent qu’une lecture contemporaine de la danse orientale est possible. A l’heure d’un hypothétique choc des civilisations, cette démarche est nécessaire et, peut-être même, vitale.

 

Le hip hop. C’est la danse jeune et populaire par excellence. Partout dans le monde, en Europe, elle est portée par la jeunesse des banlieues, celle qui est issue des pays arabes et d’Afrique. Elle impulse même un renouvellement de la danse contemporaine (voir : Rayddine Bouhadja et surtout Mourad Merzouki) mais, pour la même raison que dans la note précédente, et face à la tentation jihadiste et au repli identitaire, cette danse ne doit pas s’enfermer dans les salles mais irriguer encore plus la rue, le quotidien. Technique, spectaculaire, le hip hop peut séduire tous les publics.

 

La danse festive. Avant d’être un art, la danse est le moyen le plus simple de dire sa joie, ses désirs, de séduire, de libérer son corps. Aucun travail pour promouvoir la danse ne peut ignorer cette réalité : tout le monde danse ou a dansé ; il faut juste libérer cette envie là.

 

 

Soutenir la création

Comme pour la musique, plus facilement peut-être, la danse n’a nul besoin d’institutions, de subventions pour exister. Quiconque a envie de danser peut le faire, ici et maintenant. Notre envie est de soutenir tous ceux dont le désir de création et l’impatience sont fortes, en diffusant des vidéos ou en imaginant, avec eux, d’autres modes de présentation.

 

 

Rechercher le public

La création en danse souffre de moyens, de locaux. Mais les donateurs, qu’ils soient publics ou privés, ont souvent une logique : que leur générosité soit rentable et visible ; ils la placent là où il y a un vrai public.
Il n’y a aucune nécessité à enfermer la danse dans des ghettos. La danse, quand elle est festive, spectaculaire, peut drainer les foules. Pour y parvenir, il faut en avoir la volonté, rechercher les bonnes méthodes….



02/04/2016
1 Poster un commentaire